Comment se rétablir d’une luxation de l’épaule

La luxation se produit à la suite d’un choc, une chute directe sur la main, bras tendu. De nombreux sportifs en sont victimes (sports de combat, roller, judo, rugby, skate board). La tête de l’humérus se déboîte alors.  Quels sont les gestes de première intention et comment en guérir ?

La prise en charge de la luxation de l’épaule

Lorsque l’accident se produit, une bonne âme vous proposera sans doute de vous remettre l’humérus en place à chaud en tirant sur le bras, un pied positionné sous votre aisselle. C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire et surtout pas à chaud !

Ne vous allongez pas, la douleur serait plus forte, mieux vaut rester assis.  Prenez rendez-vous dans une clinique privée d’orthopédie à Montréal pour obtenir une évaluation précise de la situation. Il se pourrait qu’il y ait un léger arrachement osseux ou une fracture.

Faites-vous transporter vers la clinique le bras en écharpe, coude fléchi à 90°C. La douleur étant toujours assez vive, vous pouvez prendre un anti-inflammatoire.

Le traitement de la luxation

Le symptôme de la luxation est identifiable : le patient ne peut absolument pas mettre son bras le long de son corps.  Pour vérifier les dégâts, une radiographie sera effectuée. Parfois, la luxation est en effet associée à une fracture.

Le chirurgien réduira ensuite la luxation sous une légère anesthésie, généralement au masque, ou après avoir administré un décontracturant. Plus vite la réduction sera faite après la chute, plus elle sera facile.  Vous serez immédiatement soulagé. Puis le bras sera plâtré ou du moins immobilisé pour un mois, voire 6 semaines pour les patients de moins de 20 ans, plus fragiles. Les ligaments doivent en effet se ressouder correctement.  A défaut, elle pourrait se reproduire à l’occasion d’un simple mouvement, comme vous retourner dans votre lit, et nécessiter une intervention chirurgicale.

Si la luxation n’est pas réductible ou que l’épaule se luxe aussitôt, cela signifie que les dégâts sont plus importants ou que quelque chose s’interpose. Il faudra alors prévoir une opération.

Les possibles complications

La plus fréquente complication est la lésion du nerf axillaire dont la conséquence est la perte de sensibilité de l’épaule et une diminution de la mobilité. Dans ce cas, une intervention chirurgicale sera indispensable dans les trois mois qui suivent.

Pour se rétablir d’une luxation de l’épaule, il faut donc compter 1 mois en moyenne d’immobilisation et prévoir ensuite des séances  de rééducation.