Comment soigner efficacement la scarlatine ?

Bien qu’étant une maladie rare et souvent peu contagieuse, la scarlatine est une maladie qu’il faut savoir soigner, car elle cause quand même de nombreuses nuisances aux enfants.

Remède contre la scarlatine chez les enfants

Que vous soyez parent, gardienne d’enfants, ou responsable d’un centre qui accueille des enfants, vous avez certainement entendu parler de la scarlatine. Il s’agit d’une maladie qui atteint principalement les enfants, lorsqu’ils ont entre 5 et 10 ans. Heureusement, il existe des remèdes très efficaces qui permettent de soigner, rapidement, l’enfant atteint. Le plus important, c’est de détecter très vite les premiers signes, pour éviter que le mal ne devienne plus sérieux.

Tout savoir sur la scarlatine

La scarlatine est une maladie bénigne qui se manifeste chez les jeunes enfants, le plus souvent entre 5 et 10 ans. C’est une maladie infectieuse qui se transmet généralement par l’air, et qui est causée par une bactérie que l’on appelle : le streptocoque du groupe A. Cette bactérie est libérée lorsqu’une personne atteinte éternue, tousse ou postillonne en parlant. C’est de cette manière que les enfants à proximité peuvent facilement attraper le germe et présenter plus tard, des symptômes à leur tour.

Il faut savoir que l’enfant atteint peut être contagieux pendant 3 semaines environ lorsqu’il n’a subi aucun traitement. Par contre, avec un traitement adéquat, 2 jours suffisent pour éliminer la menace et les risques de contagion. Il est important de rappeler que même s’il s’agit d’une maladie infantile, un adulte peut aussi être atteint, dans certains cas très rares. Ainsi, il peut arriver, par exemple, qu’elle touche une femme enceinte, et dans ces cas, les patientes sont souvent très craintives. Toutefois, cela ne devrait pas susciter trop d’inquiétude, puisque les symptômes sont faciles à contrôler, surtout chez les adultes. Par ailleurs, aucune étude n’a démontré que scarlatine et grossesse était une combinaison particulièrement dangereuse, ni pour le fœtus ni pour la mère.

Scarlatine : symptômes et manifestations

Lorsqu’un enfant se fait contaminer, il faut en général 1 à 4 jours, pour que les premiers symptômes ne commencent à apparaître. Déjà au début, les signes sont très violents et vous pourrez assister à des vomissements, des douleurs au niveau de la gorge, une forte fièvre, des frissons et même des douleurs abdominales. Les toutes premières heures, vous pourrez facilement confondre ce mal avec une angine. Mais, après deux jours seulement, vous verrez apparaître d’autres signes : les éruptions cutanées.

D’abord, les boutons apparaissent sous les aisselles, puis dans les plis des coudes, dans le visage, etc. Suite à cela, il est fort probable que l’enfant ressente des démangeaisons plus ou moins violentes. Les signes les plus flagrants sont les boutons qui apparaissent au niveau de la gorge et de la bouche de l’enfant. Il arrive parfois que le visage de l’enfant présente un aspect rougeâtre, et qu’il ait aussi la langue rouge.

Le traitement de la scarlatine

Le traitement le plus courant pour soigner la scarlatine, c’est celui à base de Pénicilline, un antibiotique très puissant. Le médecin peut donc prescrire de la Pénicilline V, du Benzathine-pénicilline par voie intramusculaire, ou encore de l’amoxicilline à prendre par voie orale. Le traitement doit normalement durer 10 jours entiers, et il est très important de le respecter rigoureusement. C’est d’ailleurs pour éviter les risques de rechute en cas d’un mauvais suivi du traitement, que le Benzathine-pénicilline est directement injecté.

Si le patient est allergique à la pénicilline, il existe un autre traitement à base de macrolides, des antistreptococciques très efficaces. En plus de ces produits pour combattre les bactéries, un repos absolu est prescrit, et aussi un isolement pour éviter les risques de contagion. Pendant ce temps, vous devez absolument respecter les rendez-vous chez le médecin traitant, car celui-ci doit vérifier l’efficacité du traitement et s’assurer que le patient répond correctement aux produits prescrits. Il faudra aussi qu’il surveille l’évolution des symptômes, les articulations, les urines, et principalement le cou qui peut devenir raide en cas de complications. Aussi, les parents et toutes les personnes amenées à côtoyer régulièrement le patient seront soumis à un traitement, soit à base de pénicilline, soit à base de macrolides. Cela représente en quelques sortes un vaccin, pour éviter qu’ils contractent, eux aussi, la maladie.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.